[EXPERT’TECH] 7 malentendus courants au sujet de la Blockchain

Une blockchain est une liste croissante d’enregistrements, appelés blocs, qui sont liés à l’aide de la cryptographie. Chaque bloc contient un hachage cryptographique du bloc précédent, un horodatage et des données de transaction.

 

Bien que la blockchain, en tant que nouvelle innovation, nous offre de nombreuses opportunités en tant qu’élément essentiel du Bitcoin, une crypto-monnaie qui introduit le terme de blockchain pour la première fois en nous débarrassant d’une autorité centrale. Une approche peut améliorer la sécurité du système en supprimant un seul point de défaillance. Cependant, il présente plusieurs faiblesses importantes telles que la latence des performances, l’évolutivité, etc, qu’il convient de prendre en compte au moment de l’utilisation de la blockchain dans une plateforme.

Ci-dessous, nous résumons certaines des idées fausses les plus courantes sur la conception de la blockchain en dénombrant sept croyances non précisées courantes:

 

1/ Systèmes transparents, inviolables et sécurisés

Les Blockchains promettent des systèmes capables de proposer de nouvelles solutions métier, en particulier lorsqu’elles sont associées à des contrats intelligents.

Les informations requises pour la validation des transactions doivent être disponibles pour les validateurs. Donc, si la blockchain est publique et sans autorisation, ces informations sont transparentes publiquement. Cependant, en cas de blockchains privées et autorisées, les informations requises pour la validation des transactions ne peuvent être disponibles que pour les validateurs connus et identifiés. Cependant, même si en cas de blockchains autorisées l’historique des transactions n’est pas visible par un utilisateur externe qui n’a que le droit de lire et d’envoyer des transactions, cet utilisateur doit faire confiance à la communauté des validateurs qui a le droit d’écrire et de valider la transaction. Ainsi, pour éviter une blockchain sans confiance, l’historique de toutes les transactions ainsi que le code source de la blockchain doivent être visibles pour tout le monde.

En utilisant l’historique des transactions, où chaque bloc est généré sur la base du bloc précédent, il est possible de détecter une altération des données précédemment stockées dans la blockchain. Cependant, il est détectable que les parties aient accès à la blockchain complète. La blockchain doit donc être publiée publiquement, de sorte que tout le monde puisse accéder à l’historique des transactions sans aucune autorisation.

La sécurité de la blockchain dépend également de nombreux facteurs tels que le mécanisme de consensus, le réglage des paramètres de consensus, etc., de sorte que nous ne pouvons certainement pas affirmer qu’un système basé sur une blockchain est sécurisé. Les contrats intelligents nous apportent la possibilité de mettre en œuvre la logique du cas d’utilisation dans la blockchain pour être sûr qu’elle sera résistante à la falsification malveillante, à condition que la blockchain soit immuable et sans autorisation.

 

2/ Structures de données partagées et distribuées

Les blockchains sont des grands livres qui permettent de stocker en toute sécurité des transactions numériques sans passer par un point central.

Nous devons considérer l’interprétation correcte de cette expression, c’est-à-dire que la blockchain est capable de stocker des transactions de manière décentralisée et sans utiliser de point central d’autorité. Autrement dit, nous devons utiliser ce potentiel de la blockchain, si notre objectif est de supprimer une autorité centrale. De cette manière, nous nous attendrions à certains inconvénients d’un système peer-to-peer ou décentralisé, tels que la latence du débit des transactions ou une faible évolutivité. etc., de telle sorte que pour surmonter ces inconvénients, nous ne devrions pas privilégier les systèmes traditionnels dotés d’une autorité centrale, mais nous devrions parvenir à un compromis entre décentralisation et performance.

 

3/ Bases de données

Les blockchains peuvent également être considérées comme des bases de données permettant à plusieurs utilisateurs d’apporter des modifications simultanées au grand livre, ce qui peut donner lieu à plusieurs versions de chaînes. Au lieu de gérer le grand livre par un seul centre de confiance, chaque membre du réseau dispose d’une copie de la chaîne d’enregistrements et parvient à un accord sur l’état valide du grand livre avec un consensus.

Cependant, la fonctionnalité et la mission de la blockchain ne sont pas vraiment similaires aux bases de données traditionnelles que nous connaissons, de sorte que nous ne pouvons pas nous attendre à stocker une quantité énorme de données dans la blockchain, comme dans un système de base de données central. En d’autres termes, nous conservons les informations cruciales et fondamentales dans la blockchain pour garantir l’intégrité des données.

Justement, à ce stade, nous pouvons comprendre l’importance de la conservation centralisée des données par la blockchain sans utiliser de point d’autorité central. Nous ne pouvons pas nous attendre à un niveau de performances et de débit de transaction similaire à celui d’une base de données centralisée, où les transactions sont validées par la collaboration d’un validateur distribué. L’un des aspects les plus importants de ce système décentralisé est l’immuabilité des transactions validées en supprimant un point central de l’autorité, de sorte que le système soit plus résistant aux défaillances accidentelles et aux attaques délibérées (ce qui inclut les deux types de tolérance aux pannes byzantines) (BFT)), alors que les bases de données traditionnelles avec un point d’autorité central ne peuvent pas résister aux attaques délibérées de l’un des serveurs.

D’autre part, les bases de données traditionnelles sont capables de stocker une quantité énorme de données, alors que stocker une quantité considérable de données dans une plateforme blockchain telle que Ethereum n’est pas abordable et qu’il est donc plus approprié de l’utiliser pour l’intégrité des données, où nous ne stockons que certaines informations nécessaires dont l’immuabilité est cruciale. De cette manière, l’utilisation d’une blockchain immuable est une fonctionnalité sérieuse et essentielle que les blockchains publiques et sans autorisation peuvent atteindre. Dans le même temps, nous remplaçons «faire confiance à un point d’autorité de confiance central» par «faire confiance à l’ensemble des fonctionnalités du système», ce qui signifie «répartir la confiance entre l’ensemble du réseau, au lieu de faire confiance à un point d’autorité».

 

4/ Confiance à un tiers

À plusieurs reprises, la gestion centrale peut ne pas être réalisable ou souhaitable, car elle introduit des coûts intermédiaires et oblige les utilisateurs du réseau à faire confiance à un tiers pour faire fonctionner le système.

Oui, la gestion centrale nous génère des coûts intermédiaires et le besoin d’un tiers de confiance. Cependant, nous devons garder à l’esprit qu’en cas d’utilisation de blockchains privées autorisées utilisant un ensemble de validateurs connus, identifiés et fiables, nous ne supprimons aucun coût, car les validateurs identifiés peuvent signer même un contrat papier externe, ni faire confiance. puisque ces validateurs doivent avoir la confiance des deux parties lors d’une transaction validée par elles. La solution utilise donc une blockchain publique sans permission, où nous supprimons les validateurs de confiance et identifiés. Cependant, nous devons toujours motiver les validateurs inconnus, généralement par des frais de transaction qui rendent les transactions non encore gratuites.

 

5/ Systèmes centralisés

Les systèmes centralisés présentent également des inconvénients importants dus à un point de défaillance unique, ce qui les rend plus vulnérables aux défaillances techniques et aux attaques malveillantes.

Oui, mais comme nous l’avons mentionné plus haut, ce n’est pas la blockchain qui supprime «un seul point de défaillance», mais un seul point de défaillance en «distribuant une copie de la blockchain entre les utilisateurs du réseau et en permettant à tous de participer en élargissant la blockchain sans l’autorisation d’une autorité». Ensuite, en enchaînant les blocs les uns aux autres et en utilisant le mécanisme de PoW, nous rendons pratiquement impossible la modification des transactions validées. C’est une bonne approche au cas où nous n’aurions pas besoin d’un niveau élevé de débit de transaction et si les transactions ne sont pas énormes en taille et en nombre (puisque les frais de transaction sont calculés en fonction de leur taille).

 

6/ Réseaux sécurisés et inviolables

Les blockchains peuvent être très difficiles à manipuler sans une partie importante du réseau. Par conséquent, les systèmes blockchain peuvent être sécurisés et inviolables.

Il est difficile de manipuler, mais que cela soit réalisable ou non, cela dépend de la difficulté d’être dominant sur le réseau. Bien sûr, cela dépend de l’approche du consensus et de la question de savoir si la plateforme de blockchain est ouverte et publique et sans autorisation ou non. En d’autres termes, l’expression est vraie si les conditions sont remplies. Par exemple, dans le cas de Bitcoin ou Ethereum, on peut dire que leur blockchain est inviolable. Cependant, nous ne pouvons pas développer l’expression de « toute » plateforme blockchain. Utiliser la blockchain comme structure de données fait partie des conditions pour avoir un système immuable, mais ce n’est pas la condition suffisante. Il est important de noter que l’immuabilité de Bitcoin n’est pas seulement résumée par l’utilisation de la blockchain, mais que la blockchain, en tant que structure de données, fait partie d’un ensemble d’éléments et de caractéristiques qui, ensemble, nous apportent l’immutabilité.

L’autre point est que toutes les blockchains n’ont pas les mêmes propriétés. Personne ne peut dire que si une blockchain arbitraire est nécessairement immuable ou non, mais nous devons préciser laquelle? Par exemple, Bitcoin blockchain, Ethereum blockchain, Hyperledger blockchain, etc. Cela revient à dire que «ordinateur» est un calculateur rapide. Nous ne pouvons ni confirmer ni nier cette expression tant que nous ne savons pas que l’ordinateur utilise quel processeur, quelle mémoire, etc. Ainsi, la réponse à la question de savoir si la blockchain est immuable, est «cela dépend».

 

7/ Transactions rentables

Un avantage supplémentaire de la blockchain est que les transactions de faible valeur peuvent être rentables, tandis que les blockchains peuvent assurer l’interopérabilité entre les systèmes de transaction.

Nous devons considérer que les frais de transaction Bitcoin sont plats, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas basés sur le montant, contrairement aux frais Visa et Mastercard qui sont fondés sur un pourcentage. Cela fait que les frais pour les transactions avec des montants plus importants sur Bitcoin deviennent égaux aux frais pour les transactions avec des montants plus faibles. Sur la base de frais de transaction Visa généralement supérieurs à 1%, toute transaction supérieure à 75 USD deviendra moins chère en Bitcoin.

On peut donc dire que c’est même l’inverse, cela signifie que les transactions Bitcoin ou Ethereum pour des montants plus importants sont plus abordables. Toutefois, dans le cas de transactions d’un montant inférieur, les transactions « on-chain »  ne sont pas très abordables et c’est pourquoi nous utilisons des transactions « off-chain » telles que Lightning Network pour les micro-paiements.

 

Ecrit par Siamak Solat.

Contactez-nous
Construisons le futur ensemble

80 bis avenue du Général Leclerc
78220 Viroflay

+33(1) 39 24 22 70

info@expertime.fr

10 rue Édouard Nignon
44372 Nantes

+33(2) 40 50 28 02

info@expertime.fr

4 place Amédée Bonnet
69002 Lyon

+33(1) 39 24 22 70

info@expertime.fr